Poison


Mis en ligne le 01/10/2015, modifié le 22/06/2018 (article à refaire car il manque pas mal de choses...)




La différence entre Mötley Crüe et Poison, c'est que les premiers comportent trois bruns et un blond, tandis que les seconds comptent trois blonds et un brun ! JE PLAISANTE ! Plus sérieusement, Poison fait probablement partie avec Tigertailz des groupes glam les plus clichés qu'il puisse exister : cheveux sur-brushingués (oui, à présent, j'invente des mots !), maquillage, chansons aux accents pop entrainantes et inoffensives... Il faut dire ce qui est, à côtés des Mötley Crüe qui étaient de vrais bad guys, notre quatuor fait plutôt office d'une bande d'ados fêtards pas bien méchants ayant abusé du mascara, ce qui n'empêchera pas le succès d'être au rendez-vous : 45 millions de disque vendus en tout et pour tout, dont seulement 15 millions aux Etats-Unis, rien que ça !

Bien qu'il faille attendre le milieu des années 80 pour qu'ils ne révélassent leur beauté et (surtout) la profondeur de leur message à la face du monde, les Poison existent depuis 1983 sous le nom de Paris. La formation comportait dès le début Bret Michaels, chanteur, un glameux au physique de Ken (à droite sur l'image), Bobby Dall, bassiste et seul brun du groupe, Rikki Rockett, batteur, ex-coiffeur et sauveteur (à gauche - j'aurais bien aimé qu'il vienne me secourir...), et enfin un certain Matt Smith, logiquement guitariste (voir images du dessous - à vous d'en déduire lequel c'est). Le groupe quitte rapidement son trou de Pennsylvanie pour s'installer à Hollywood et organise une audition afin de remplacer Matt Smith. Celle-ci oppose le C.C. DeVille que l'on connait (du moins, que les fans connaissent) à Slash, rien que ça ! Ce dernier refusant de se peinturlurer et de se mettre des foulards roses dans les cheveux, C.C. lui sera préféré. Hélas, les crêpages de chignon ne tarderont pas : C.C. agace déjà notre Ken car il refuse d'interpréter les morceaux proposés au profit de ses propres riffs. Un bien pour un mal quand on sait qu'ils constitueront la base de Talk Dirty To Me, le tube qui les propulsera au sommet de la gloire lorsqu'ils sortiront leur premier album, Look What The Cat Dragged In (1986) enregistré en douze jours seulement. En plus du hit évoqué précédemment, on y retrouve I Want Action et le nostalgique I Won't Forget You


Paris, alias Poison à leurs débuts
A leurs débuts, du temps de Paris (image tirée du blog recknroll)
Jeunes et jolis (image tirée du blog recknroll)

Poison couverture du premier album Look What The Cat Dragge In
J'ai trouvé dommage de vous priver de tant de glamour...

Pour le rappel, en haut à gauche, c'est Bret Michaels, à côté, Bobby Dall, en bas à gauche, C.C. DeVille et dans le coin droit, Rikki Rockett. La photo ne nous permet malheureusement pas d'admirer la plastique impeccable de notre Ken ni la ravissante choucroute de C.C. qui me fait étrangement penser à une perruque du XVIIIème siècle. Avant de poursuivre, j'ai estimé les paroles de Dis-Moi Des Trucs Crades d'une telle superficialité que je me suis vue obligée de vous en donner un extrait :

You know I never, I've never seen you look so good

You never act the way you should

But I like it

And I know you like it too

The way that I want you

I've gotta have you

Oh yes I do

I never, I never ever stay out late

You know that I can hardly wait

Just to see you

And I know you cannot wait

Wait to see me too

I've got to touch you

Cause baby we'll be

source : lyricsfreak.com


Bien que le niveau anglophone hexagonal ne soit guère élevé, je suppose que la plupart d'entre vous comprennent de quoi il en retourne. Autrement, pour ceux qui veulent à tout prix savoir ce que Bret et son bébé seront, vous n'avez qu'à visionner le clip :





Notre quatuor enchaine avec le quintuple disque de platine Open Up And Say... Ahh ! (1988), amené par la ballade Every Rose Has Its Thorn, le comble de la réflexion intellectuelle selon Ben Liamer, l'éditeur de Circus (un fanzine vintage), dont voici la citation exacte :


"Poison ne pensait qu'à faire du divertissement. Il n'y avait pas une seule partie de leur corps capable de réfléchir."Every Rose Has Its Thorn" représente le summum de la réflexion contemplative et profonde chez eux.[...] Je ne crois pas que [le groupe] s'intéressait beaucoup à ça [le talent], en tout cas pas au début." Tiré de Sound Of The Beast : L'histoire définitive du Heavy Metal, un livre qui n'aime pas Poison.

Le groupe s'essaie également à la poésie autobiographique avec Fallen Angel, qui raconte le débarquement d'une jeune campagnarde à L.A où elle se rend pour réaliser son rêve : devenir mannequin. On ne peut également pas oublier le très célèbre Nothin' But A Good Time conçu pour filer la pêche lorsqu'on n'a pas la motiv' pour aller bosser par un froid matin d'hiver. Petite anecdote concernant la chanson : dans les commentaires en-dessous de la vidéo, quelqu'un a affirmé qu'il s'agissait d'un plagiat de Flying High Again d'Ozzy Osbourne. Intriguée par une telle remarque, je décidai alors de vérifier et il s'avéra que la ressemblance entre les deux morceaux fut plutôt frappante. Simple hasard ou réel pompage ? Nul ne le sait... Enfin, le dernier single de l'album est la reprise de Your Mama Don't Dance des Loggins and Messina.

Pour revenir à la bio, tout n'est pas toujours rose au pays du glam. En effet, il y a de nouveau du crêpage de chignon dans l'air entre C.C. et Bret à cause de Chaque Rose A Son Epine. Non seulement l'aspect country du morceau déplait fortement au guitariste (il considère cela comme une trahison au rock), mais en plus, Bret se tape sa copine. Quel salaud ce Bret !

Malgré les quelques bagarres qui ont probablement eu lieu à ce sujet entre les deux blonds permanentés, le succès continue avec Flesh And Blood (1990), qui atteint le même statut que son prédécesseur. La recette reste la même (autant dire qu'elle ne changera pas beaucoup au fil des décennies !) : des riffs simples mais terriblement efficaces, des refrains que l'on retient facilement, des mélodies joyeuses et entrainantes qui donnent le sourire, le tout chanté par de beaux mecs à l'énergie aussi débordante que communicative. Vous avez dit commercial ? L'album contient pas moins de cinq singles (!) : le bondissant Unskinny Bop (le qualificatif qu'utilise Wikipedia pour cette chanson est tout simplement magique), la power ballad Something To Believe In (dédicassée à James Kimo Maano, vigile et meilleur ami de Bret Michaels mort peu de temps auparavant), Ride The Wind, Life Goes On et le trépidant (Flesh And Blood) Sacrifice, dont je me délecte particulièrement du refrain, soit des paroles gores sur un air plein de joie et d'allégresse :


Flesh and Blood sacrifice

Melts the heart like fire and ice

Flesh and blood like fire to ice

Are you willing to sacrifice ?

source :azlyrics.com


En gros, sur un air fanfaron :

Le sacrifice humain

Fait fondre le coeur comme du feu et de la glace (?)

La chair et le sang tel du feu à la glace (??)

Es-tu prête/consentante pour le sacrifice ?


Entendez vous-même :


Y a pas à dire, passer de l'anglais au français, ça casse tout. Autrement, s'il y en a bien un qui est sacrifié à ce moment-là, c'est C.C., dont les habitudes de drogués ont émoussé la patience de Bret. Notre cher guitariste est remplacé par un certain Richie Kotzen et les critiques cessent enfin de dédaigner Poison lorsqu'ils sortent un album un peu plus sombre, Native Tongue, en 1993. Contrairement à ce que j'ai dit plus haut, la recette change bel et bien au contact de cette époque pessimiste qu'est le début des années 1990. Je rappelle pour les cancres du rock que le grunge vient de foutre son poing dans la gueule du glam et que ça va très mal pour les adeptes du crêpage. Autrement, les tubes de cet album sont Stand, Until You Suffer (Fire And Ice) et Body Talk (comme la chanson des Ratt !), des morceaux qui n'ont visiblement pas marqué les esprits. D'ailleurs, les fans ne suivront pas ce changement de direction musicale et les ventes s'avèreront décevantes, quoique très correctes (l'album est "seulement" disque d'or aux états-Unis).

Entretemps, le groupe sort un double album live, Swallow This Live, en novembre 1991. En plus de morceaux live des trois premiers albums du groupe (Native Tong exclut, donc), le double disque contient quatre chansons inédites dont un nouveau single, So Tell Me Why.



Richie Kotzen remplaçant de C.C. DeVille dans Poison
Richie Kotzen, le remplaçant de C.C. (c'est qu'il est pas mal en plus...)
Poison avec Ritchie Kotzen
Poison dans les années 90 avec Richie



Blue Saraceno ancien guitariste pour Poison
Lisez le paragraphe suivant et vous saurez qui est ce type.


Peu de temps après, pendant la tournée qui s'ensuit, Richie est viré pour cause de fornication avec la fiancée de Rikki et est remplacé par un certain Blue Saraceno. Début 1994, le groupe commence à enregistrer avec cette nouvelle recrue Crack A Smile, son sixième album, mais hélas notre Ken est victime d'un grave accident de voiture, ce qui interrompt brutalement l'enregistrement. Bret finit heureusement par guérir et le travail peut reprendre, mais pas pour longtemps car le projet a tôt fait d'être abandonné (ou devrais-je dire, "mis en attente") au profit d'un greatest hits intitulé... Greatest Hits. Super. Le best of sort en 1996 et malgré le fait que l'on soit au beau milieu des années 1990, il se vend extrêmement bien, allant même jusqu'à atteindre le statut de double disque de platine. Outre les tubes de nos chouchous, on y retrouve en plus deux chansons inédites avec Saraceno à la guitare : Sexual Thing et Lay Your Body Down. Peu après, notre cher Bret fait ses débuts... en tant que réalisateur et acteur avec le film A Letter From Death Row (en français Le couloir de la mort). Il s'agit d'un thriller où le chanteur est arrété pour le meurtre présumé de sa petite amie et est condamné à mort... coupable ou innoncent ? (fiche allocine ici)


Bret Michaels Letter From The Death Row ou Le Couloir de la Mort



D'ailleurs, ce dernier réalisera également le mal-réputé Onde De Choc et fera des apparitions dans quelques films et séries que j'ai la flemme de vous citer... Bon, allez, j'suis sympa, j'vous en mets deux : American Pie présente : les Sex Commandements et Les Dieux du Surf, bref, des films intellectuels. En parallèle à cela, Bret mène une carrière solo et sortira pas moins de 5 albums entre 1998 et 2013. Comme ma source principale le dit si bien, on est toutefois loin des sommets atteints avec Poison.


Pour que vous vous fassiez une idée :




Pour revenir à la musique, C.C. finit par faire son retour dans le groupe en 1996, Saraceno devant ainsi lui céder sa place. En 1999, le groupe part en tournée pour promouvoir son Greatest Hits (ce dernier étant sorti en 1996, on peut dire que c'est pas trop tôt...), qui s'avère être un immense succès, preuve que les fans n'ont pas oublié leur groupe.

Autrement, les plus hardcore d'entre eux commencent à s'arracher des versions bootleg de Crack A Smile, à un tel point qu'on en vient à la rupture de stock. Ces derniers se mettent alors à réclamer une sortie officielle de l'album, et finissent par obtenir gain de cause. Ainsi, le 14 mars 2000, les Poison (et leur label) entendent leurs prières et sortent Crack a Smile... and More!, une version améliorée des bootlegs. Ces derniers contenaient en effet les 12 chansons de l'album original, en plus de six chansons jouées à l'occasion du passage du groupe dans la célèbre émission MTV Unplugged (en novembre 1990), et de leur reprise de Rock and Roll All Nite des KISS. La nouvelle version contient quant à elle une démo sans titre, deux morceaux recalés, une face b de single et quatre chansons issues d'MTV Unplugged. Si l'on calcule, on arrive à huit morceaux bonus, soit seulement un de plus que dans la version bootleg...

(encore) Autrement, deux singles sont issus du nouvel opus : le très festif Shut Up, Make Love (Ta Gueule, Fais l'Amour, tout un programme !) et une power ballad (beurk ! Encore une !) Be The One.



Dommage qu'il n'y ait pas de clip...


Seulement trois mois après Crack A Smile... And More, le groupe sort un nouvel album, Power To The People, mi-live mi-studio. On peut souligner qu'il s'agit du premier disque avec C.C à la guitare en neuf ans (tout de même !). Celui-ci contient deux singles : tout d'abord Power To The People, un titre aux sonorités très nu-metal (siiiic) qui est - à mon humble avis - difficilement audible (pour ne pas dire nul à chier), puis The Last Song.

Le groupe enchaîne sur le Glam Slam Metal Jam Tour aux côtés de Warrant, puis sort son sixième album studio, Hollyweird, dont sont issus les singles Rockstar (sorti au préalable sur le web, en mai 2001), Squeeze Box (une reprise des Who) et Shooting Star, une suite de Fallen Angel (l'un des tubes d' Open Up And...Say Ahh). Les avis sur l'album sont assez partagés : certains le trouvent sympathique (sputnikmusic.com), voire très bon (metalreviews.com, allmusic.com), d'autres estiment que le groupe s'essouffle, sans pour autant tout envoyer aux ordures (comme sleazeroxx.com et metal.nightfall.fr par exemple) tandis que d'autres envoient tout aux ordures (ou presque !) (mikeladano.com). Wow, je me serai jamais autant faite chier pour vous restituer des opinions sur un album (que je n'ai jamais écouté et n'ai pas envie d'écouter) !

Suite à cela, Bret rencontrera de nombreux problèmes de santé qui lui pourriront sa vie de rockstar. Je précise que celui-ci souffre depuis toujours d'un diabète de type 1. En plus de cela, les tuiles s'enchaîneront à partir de 2009. En effet, lors d'une édition pour les Tony Awards, Bret se casse le nez et s'esquinte les lèvres lors de sa sortie de scène. En 2010, celui-ci est hospitalisé suite à d'horribles douleurs abdominales, et subit une ablation de l'appendice. Le 22 avril 2010, Michaels est de nouveau conduit à l'hôpital, cette fois pour de douloureuses céphalées (en gros, des douleurs au crâne). Les médecins sur place lui découvrent une hémorragie méningée. Bret est dans un état très préoccupant et le docteur l'ayant pris en charge affirme qu'il est à l'un des plus chanceux dans son cas à s'en être sorti. Malgré tout, cela ne l'a pas empêché de mener "brillante" carrière solo et... dans la téléréalité. Oui, je sais, c'est pas très rock mais n'oubliez pas qu'on est aux Etats-Unis... J'estime d'ailleurs que ça mérite une petite parenthèse.


Bret Michaels et la téléréalité

Procédons chronologiquement :

  • En 2005, notre ami participe au jury de l'émission Nashville Star, une sorte de Star Academy version country (vidéo ici).
  • En 2007 débute l'émission Rock Of Love with Bret Michaels (dispo ici), où ce dernier met en compétition des filles au physique PAS DU TOUT stéréotypé qui veulent sortir avec lui. Le but du jeu : lui prouver qu'elles sont capables de supporter son mode de vie rock'n'roll. Notre cher Ken étant relativement sage, je me dis que cela aurait été bien plus amusant avec un Marilyn Manson ou un Ozzy Osbourne période années 80 (souvenez-vous, l'époque où le sieur sniffait des fournis!).

Poison Rock of Love with Bret Michaels

Le casting de Rock Of Love Bus, la troisième saison de l'émission

casting de Rock of Love with Bret Michaels

Vous croyez que j'aurais mes chances ??
casting de Rock of Love with Bret Michaels
Elles
Moi

(Non, je ne suis même pas jalouse... en fait si, un tout petit peu...) Comme vous pouvez le constater, il a récidivé avec deux autres saisons dont les épisodes sont disponibles ici et ici à condition que vous ayez un niveau suffisant en anglais (et que vous soyez prêts à dépenser des sous-sous car c'est pas gratuit...).

  • 2010 est vraiment l'année de la téléréalité pour Bret. Il participe à l'émission Celebrity Apprentice de Donald Trump (oui, vous avez bien lu...). Bret l'emporte à cette émission. Pour ceux qui ne connaissent pas - et à mon avis, vous êtes nombreux - le jeu consiste à entretenir un immeuble appartenant à Donald Trump himself, du temps où celui-ci n'était que magnat de l'immobilier. Au programme : nettoyage, repas, comptes et pleins d'autres choses encore. A chaque fin d'épisode, l'animateur de ce... spectacle passionnant désigne les trois moins bons gestionnaires de l'équipe perdante et les vire.
  • Toujours la même année, le chanteur filme son quotidien avec sa famille au travers de la série Bret Michaels : Life As I Know It.
  • Il accueille également Miss Univers aux côtés d'une célèbre journaliste américaine et participe à Extreme Makeover, une émission pleine de bons sentiments qui consiste à remettre à neuf la maison d'une famille démunie.
  • En 2013, le beau blond participe de nouveau à Celebrity Apprentice et sera viré dès le premier épisode. Enfin, on peut le voir dans l'émission Rock My RV, qui consiste à transformer des camping-cars tout pourris en palaces sur roue. D'un grand intérêt, donc.


Poison : les années 2010


En juin 2007, le groupe sort un album de reprises intitulé Poison'd. En novembre 2010, le double-disque Nothin' But A Good Time: The Poison Collection est commercialisé. L'année suivante, le groupe part en tournée avec leurs aînées, les Mötley Crüe et les New York Dolls. Encore l'année d'après, ils partent sur scène aux côtés de Lita Ford et de Def Leppard pour le Rock Of Ages tour, (je suppose) d'après le film auquel ils ont cédé leur musique. Enfin, en 2015, C.C., Rikki et Bobby forment un nouveau groupe avec le chanteur/guitariste Brandon Gibbs appelé The Special Guests, dans lequel ils jouent des chansons de Poison. Un groupe tribute formé par les membres du groupe original, voilà qui est peu commun...


Poison en 2012 à la première du film Rock of Ages
Poison en 2012, à la première du film Rock of Ages.


Pour finir sur une note amusante, voici quelques faits tirés d'un vieux site en HTML aux paragraphes même pas margés correctement (de l'info fiable, donc), le tout corrigé et complété par mon ami de toujours, Wikipédia :

  • Bret Michaels : son vrai nom est Bret Michaels Sychack, il est né en Pennsylvanie, il a deux petites soeurs (Michelle et Nicole) et deux filles : Raine Elizabeth (née en 2000) et Jorja Bleu (née en 2005), qu'il a eut avec sa copine Kristi Gibson (séparés en 2012). Jusque là rien de bien passionnant, mais sachez qu'il possède sa marque d'accessoires et de vêtements pour animaux et a également fait une sex-tape avec Pamela Anderson qui a fuité sur le net en 1998, comme cela avait été le cas pour Tommy Lee, dont elle est l'ex-femme !


  • Bobby Dall : son vrai non est Robert Kuykendall, il est né en Floride, il est le benjamin de trois enfants, il a lui-même deux enfants, Zack (décembre 1990) et Zoe (janvier 1997), et a été marié à une certaine Michelle avec qui il est divorcé depuis l'an 2000. En 2006, il eut une altercation sur scène avec Bret Michaels lors d'un concert donné à Atlanta, pour des raisons inconnues du grand public. Bret s'est par la suite excusé, disant aux spectateurs qu'ils venaient peut-être d'assister au dernier concert de Poison avec cette formation - ce qui s'avèrera heureusement faux. Sachez que l'on est loin d'en être à la première bagarre interne : en 1991, Bret en était également venu au main avec C.C lors des MTV Video Music Awards, la bagarre ayant toutefois éclaté après la performance, et non pendant. En tout cas, comme je suis sympa, je vous ai dégoté une petite vidéo amateur de la bagarre entre Bret et Bobby : ici. Si vous arrivez à y voir quelque chose, faites-moi signe...
  • C.C. DeVille : en vrai il s'appelle Bruce Anthony Johannesson, il est né dans le Brooklyn (NY) et il a une copine, Shannon Malone, avec laquelle il a eu une enfant en mars 2007 (Vallon Deville Johannesson). Il a lui aussi fait de la téléréalité (dans The Surreal Life et The Surreal Life : Fair Games) et il a monté son propre groupe après avoir quitté Poison, Samantha 7 (un seul et unique album éponyme en 2000). Leur chanson, I Wanna Be Famous, a part la suite été utilisée comme générique de The Surreal Life : Fair Games. Enfin, avant d'intégrer Poison, C.C. avait auditionné pour un groupe appelé Roxx Regime, qui deviendra plus tard Stryper (oui, le monde du glam metal est minuscule !). Il avait refusé cette opportunité... car il faisait la gueule face au look "yellow & black" de rigueur au sein du groupe !

Poison C.C. DeVille Samantha 7 projet solo

  • Rikki Rockett : il s'appelle en vrai Richard Ream, il est né en Pennsylvanie, il a eu deux enfants (Jude et Lucy Sky) avec sa femme Melanie Martel (mariés en juillet 2009, divorcé en juin 2017), il a sorti un album solo appelé Glitter For Your Soul (Des Paillettes Pour Ton Ame, c'est mignon...) et fait parti du supergroup Devil City Angels, aux côtés de Tracii Guns (L.A Guns), Rudy Sarzo (trop de groupes) et Brandon Gibbs (Cheap Trick). Il est vegan depuis très longtemps et se bat activement pour le droit des animaux : il fait en sorte que des activistes puissent informer les gens lors des concert de Poison, participe aux manifestations, s'exprime lors d'événements et a même designé le site web www.animalcruelty.com (qui n'existe plus depuis, ce qui est normal vu l'âge de ma source pour ces infos). Il possède par ailleurs une ceinture noire de jiu-jitsu brésilien (et oui les machos, on peut être un mec qui se pomponne et qui sait se battre !). Enfin, son pénis mesurerait plus de 20 cm et il serait le meilleur du groupe pour les galipettes selon le blog fiable à 100% groupiedirt... Entre nous, c'est pourtant loin d'être le plus beau de la bande, bien que je ne le chasserais pas de mon lit, du moins s'il avait encore 25 ans...




Le saviez-vous ? Rikki Rockett a été arrêté pour viol en 2008. Heureusement, les accusations se sont avérées fausses et il a rapidement été relâché (enfin, au bout de deux mois...). Le 24 mars 2008, alors que ce dernier venait d'atterrir à l'aéroport de Los Angeles, un comité d'accueil l'attendait et lui a passé les menottes, le tout devant sa fiancée et le reste du groupe. Le batteur était en effet accusé d'un viol qui aurait eu lieu le 23 septembre 2007, dans un casino, au Mississipi. Heureusement, il a été déterminé que Rikki ne se trouvait pas dans cet Etat à ce moment-là et que le taré responsable de ce crime - un dénommé John Minskoff - avait l'habitude de voler des noms de rock stars pour convaincre (ou plutôt forcer) les femmes à coucher avec lui. Ouf, nous voilà soulagés ! Toujours est-il que notre batteur ne l'a pas très bien vécu :

"Lorsque je me suis fait traîné en prison, je revenais épuisé de 14 heures de vol. Le pire fut lorsque j'ai dû passer devant ma fiancée menotté. Elle n'avait aucune idée de ce qui était en train d'arriver, et moi de même ! Quand je lui ai finalement dit que j'avais été arrêté pour inculpation de viol, je me suis presque évanoui !".

Source

Il a à la suite de ce terrible incident décidé de s'engager pour aider les victimes de fausses accusations, notamment avec l'organisation Centurion Ministries, qui se bat pour faire libérer les victimes d'erreur judiciaire emprisonnés à vie ou condamnées à mort.





Sources :

Wikipedia (page du groupe et pages des membres du groupe - et sûrement d'autres pages)

whosdatedwho.com

un site datant de l'Antiquité d'Internet

deseretnews.com

poisonfanclub.net

sleazeroxx.com