Pharoah


Mis en ligne le 14/11/2017, modifié un nombre incalculable de fois



Pharoah glam band Karl Dekira, Rikk Fabio, Nelson Pop, Dennis Lords, Scott Archer
"On est beaux, hein ?"



Inaugurons la partie "On les a oubliés..." avec un magnifique groupe appelé Pharoah, qui nous vient tout droit de la côte Est des Etats-Unis, du New Jersey pour être plus précise. Evoluant dans une veine plutôt glam rock (leur style musical est assez unique - et, oui, je sais, il ne s'agit pas de glam metal mais je les mets quand même sur ce site !*), ces derniers nous gratifient d'un des looks glam les plus extrêmes qu'il m'ait été donner de voir. Avouez qu'il eût été dommage de vous priver de la vue de tels spécimens bicolores... Autrement, Pharoah, c'est 5 mecs (de gauche à droite) : Rikk Fabio (guitare), Nelson Pop (batterie), Karl DeKira (chant, guitare), Scott Archer (claviers, choeurs, programmation vidéo et "beaucoup d'autres choses") et Dennis Lords (basse). Précisons toutefois que Scott Archer ne semble pas avoir la même "importance" que les autres car il n'apparait pas sur bon nombre de photos du groupe, ni lors de leur seul et unique clip... Achevons cette présentation avec le sloggan attitré de l'autoproclamé "Independant Circus" ("Cirque Indépendant"): "Sex, Glam, Gloom" ! (Gloom signifie obscurité, tristesse, mélancolie...)

Pharoah fait partie de ces groupes que le succès n'a fait qu'effleurer alors qu'ils avaient toutes les cartes en main pour devenir de véritables phénomènes. Leur site officiel (sexglamgloom.com) fait d'ailleurs état d'un certains nombre d'articles les décrivant comme de véritables vétérans de la scène sur le point de devenir les prochains Mötley Crüe. Leur courte bio déclare à ce sujet :

"Pharoah se trouvant sur la liste VIP** de tout le monde pour les soirées données par les producteurs [désolée mais j'ai encore des progrès à faire en traduction] [...], il ne fallu pas longtemps à CBS Records pour financer le succès du groupe. Mais le tournant de la décennie apporta des changements dramatiques dans l'industrie de la musique, et la bande se retrouva face à une réalité "too much, too soon" ["trop, trop tôt", référence à un album des New York Dolls ndlr.]. Pas prêt à se compromettre, Pharoah s'écartera et attendra que la roue ne tourne avant de se réunir en vue de réveiller les fantômes de leur passé Rock n Roll."

Dans une interview donnée au site rockeyez.com, Karl DeKira vient préciser que le grunge ne fut pas le seul fautif. Aussi en cause, les labels : "[Ils] nous disaient : "Vous ressemblez à Mötley Crüe et si vous écrivez une chanson comme Mötley Crüe, on vous signera. [...] Ils voulaient nous ranger dans une certaine catégorie et nous rendre d'une certaine manière afin de nous emballer [comme une marchandise]." Ce à quoi Richard "Rikk" Fabio ajoute :

"Si vous ne rentriez pas dans un certain moule, vous n'alliez pas être signé. C'est pourquoi vous avez eu cet afflux de millions de groupes de heavy metal, ce qui était vraiment cool au début puis un certain nombre d'années ont passé et je me suis dit "Bordel mais je m'en fous de ça !" [...] Tout ceux qui sortaient étaient pareils et si vous n'entriez pas dans le moule, vous n'alliez pas amener quoique ce soit de nouveau dans l'industrie. [...] On voulait l'image glam, mais être catégorisés dans le heavy metal fut notre malheur car nous n'étions pas vraiment heavy metal et nous ne voulions pas être heavy metal."

C'est donc essentiellement sur scène que se déroule la carrière de nos androgynes bicolores. Leur show sont systématiquement décrits comme hauts en couleur, voire plus. Au programme : un strip-tease exécuté par le chanteur (j'aurais tellement aimé être là...), de jolies filles sur scène, une mise en scène façon "recrutement de secte"***, l'utilisation de vidéos pré-enregistrées (apparemment pas si fréquente à cette époque, surtout pour un show de club), et sûrement pleins d'autres choses croustillantes. Ces derniers ont d'ailleurs joué dans des endroits reconnus (le Cat Club, le Club Nirvana, le CBGB’s...) avec parfois des spectateurs de marque dans le public. Ce n'est rien de moins que Joey Ramones et Gene Simmons que l'on a aperçu à l'un de leurs concerts...


Pharoah Karl Dekira undressed
Et moi, je peux le déshabiller ? (dommage qu'il y ait cette fumée...)



Formation du gang


Le gang des androgynes bicolores démarra après que Karl DeKira et Rikk Fabio furent éjectés de leur groupe respectif, aux alentours de 1980. Dennis Lords ne tarda pas à les rejoindre, se trouvant dans la même situation qu'eux ("parce que personne n'arrivait à comprendre où il se situait musicalement ou mentalement", selon les dires de DeKira). En 1985, notre bassiste au look trash ramena avec lui Nelson Pop, qu'il avait lui-même jeté quelques années plus tôt du groupe dont il avait été remercié. En plus, ça le fait marrer :

" 'J'avais foutu à la porte Nelson de ce vieux groupe', rigola le bassiste, "C'était quelques années avant que je le ramène dans Pharoah, donc Nelson se mit à me détester pendant un moment. Maintenant que je l'ai ramené dans ce groupe, il me déteste même encore plus ! On est juste une seule grande famille détestable." "

Effectivement, c'est très drôle. C'est donc une fois Nelson arrivé - qui éjecta par là même le batteur Steven Reigns (qui du coup ne règne plus... bon ok, je sors !!) - que le line-up du groupe fut au complet... Enfin, on n'a pas parlé de Scott Archer, sur lequel je n'ai hélas aucune information. Aux vues des photos qu'il y a sur leur site, il semblerait qu'il soit dans le groupe depuis 1986...




Carrière musicale


En 1986 justement, le groupe de chevelus sort son unique LP, First Strike, sur leur propre label - Lipstick East Records (Scott a dû sûrement arriver après, car il n'apparait pas sur la couverture...). Si - d'après le site officiel - ses ventes se sont envolées rapidement, il n'est sorti qu'à New-York et dans ses alentours. Le groupe aimant décidément les sloggans, le vinyle s'accompagne de la phrase “Twelve inches never felt so good.” ("12 "centimètres" n'ont jamais été aussi bons"). Les chansons Terrorist, Enemy et Red Flag ont été diffusées sur des radios locales, à la demande des auditeurs. Pendant ce temps, les cinq (ou quatre - je ne sais jamais ce que fabrique Scott Archer) se rendent au New Music Seminar en espérant décrocher un contrat avec une major ou un label indépendant. Ils y rencontrent notamment des pointures telles que Doc McGhee (manager des Mötley Crüe et de Bon Jovi), Ian Copeland (responsable de l'agence Frontier Booking International (FBI), qui a fait beaucoup dans la promotion de la new-wave), Jason Ringemberg (chanteur et guitariste du groupe de country alternative Jason & The Scorchers), Debbie Harry de Blondie... Mais rien n'y fait, personne ne les signe... Malgré cela, ils donnent des interviews à plusieurs radios locales, partent pour le Sex Glam Gloom Tour (qui fait suite au First Strike Tour) et tournent en 1987 un clip pour leur chanson Red Flag, qui fait sa première l'année suivante durant la célèbre émission d'MTV Headbanger's Balls. Entretemps, en 1987, le groupe ressort son premier vinyle sous forme de picture-disc, une variante des disques microsillon traditionnels ayant la particularité d'incorporer une image directement sur le disque. Selon notre ami Wikipedia, il s'agissait souvent de tirages limités destinés aux collectionneurs (exemple de picture-disc ici). Karl DeKira déclarera à son sujet qu'il avait avant tout un but promotionnel, en rappot avec leur vidéo qu'ils venaient de tourner. Déjà que le vinyle "normal" des Pharaons ne doit pas être facile à trouver, celui-là doit être une véritable pièce de collection...

Je tiens d'ailleurs à préciser que malgré leur look (oui, vive les préjugés !), Pharoah semble être un des rares groupes glam de la décennie à avoir un message politique dans leurs chansons, notamment Red Flag, un morceau visiblement antinucléaire prenant davantage partie pour ces salauds et fourbes de communistes que pour ces si gentils ricains défenseurs-de-la-liberté (c'est en tout cas ce que j'en ai compris)... Comme vous vous en doutez, le titre, "Drapeau Rouge", fait évidemment allusion au communisme, car rappelez-vous qu'au moment de sa sortie, nous étions encore en Guerre Froide... Je ne peux hélas en dire plus car leurs messages ne sont jamais explicités et j'ai beau lire et relire leurs lyrics, je n'arrive toujours pas à en saisir davantage. Si vous êtes plus intelligents que moi, c'est par ici...





Pharoah glam band communist flag drapeau communiste
C'est fort de symbolisme...


En 1988, le groupe part pour le "Cleopatra's Balls" tour, qui cette fois-ci ne se déroule pas uniquement aux aletours du New Jersey, mais dans toute l'Amérique. La bande se lance par ailleurs dans la production d'une autre vidéo, mais le projet sera abandonné à cause de tensions naissantes. En plus de cela, leur contrat de management touche à sa fin et la vague grunge approche à grand pas, poussant chacun des membres à partir de leur côté. En 1991, les Pharoah se réunissent finalement - cette fois sans Rikk Fabio (guitare) - et démarre le "Feast Of Fools" tour. Ils seront toutefois contraints de l'arrêter après avoir joué la première moitié des dates, peut-être faute de public.


Et après ?


Qu'ont-ils fait durant le reste de la décennie ? ça, nul ne le sait. On peut cependant supposer que le groupe s'est séparé, comme sous-entendu dans la citation ci-dessous... Quoiqu'il en soit, il faudra attendre 2005 pour que le gang se réunisse à nouveau en vue de remonter sur scène, à l'occasion d'un concert caricatif à Crossroads (New Jersey). Karl DeKira explique à rockeyez.com que la seule raison pour laquelle ils sont revenus ensembles est la décès de la femme de Nelson Pop (batteur du groupe, ndlr.) :

"J'étais honoré que ses amis viennent nous voir et nous demander si l'on accepterait de se remettre ensembles et de jouer pour ce concert de bienfaisance. C'était un honneur en soi, donc ce fut très émouvant pour cette raison. [...]. Nous n'en avons vraiment fait aucune promotion car il ne s'agissait absolument pas d'un concert [officiel] mais d'une prestation en vue de soutenir Nelson et sa famille. Vous marchez dans la salle, la salle est pleine à craquer et les gens veulent simplement vous voir ensemble de nouveau. L'un des trucs les plus cools fut de les entendre chanter en coeur à mesure du set. Même Johnny Dirt [gérant du Dirt Club, une salle très réputée dans le New Jersey ndlr.] est venu de je ne sais trop quel endroit ou trou dans lequel il crèche, il s'est frayé un chemin à travers la foule sans se faire arrêter et a épinglé un sac sale sur ma chemise (sic). C'était plutôt cool et ça s'est passé vraiment, vraiment bien. Nous ne l'avions pourtant pas approché comme un concert de Pharoah."

Après ça, silence radio de nouveau, du moins jusqu'en 2009, où Nelson Pop se fera interviewé sur un bon vieux site codé en bon vieux HTML/CSS à l'ancienne, consacré à Eric Carr (batteur de KISS décédé d'un cancer en 1991). Au cours de l'entretien, celui-ci relate sa rencontre avec Eric Carr, leur conversation à propos de ses cheveux (!), ce qu'il pense de KISS et parle des projets de Pharoah pour 2009. Il nous apprend que First Strike et le picture-disc vont être remasterisés et disponibles au téléchargement sur toutes les plateformes légales, puis compilés sur un seul CD. Si cela vous intéresse - et je suis sûre que c'est le cas - vous pouvez vous procurez leur album ici, pour environ $9. Celui-ci contient par ailleurs une chanson inédite car enregistrée en 2009, Touch Me, une chanson-bonus live, Terrorist, et quelques extraits d'un deuxième album qui n'a jamais vu le jour.

Pharoah First Strike
Le vinyl original...
Pharoah First Strike picture-disc
...le picture-disc...
Pharoah First Strike album remastered
...Et la version remasterisée.


En 2010, le 23 septembre très précisément, le groupe apparait au grand complet (comprendre : Scott Archer inclus) dans l'émission Late Night With Johnny P qui, comme son nom l'indique, est diffusée tard le soir et ne doit donc pas toucher un public très large... Mais bon, pour un groupe (hélas !) totalement méconnu et n'ayant sorti qu'un seul disque officiel, c'est tout de même mieux que rien. Ces derniers y sont interviewés, puis interprètent en live Gonna Get U et Touch Me. Durant l'interview (que je me suis tapée en entier rien que pour vous faire ce résumé), ils parlent de leurs influences musicales (Alice Cooper, New York Dolls, KISS...), du fait que l'industrie musicale leur foute désormais la paix sur ce qu'ils désirent faire, des libertés nouvelles apportées aux musiciens grâce aux nouvelles technologies, de la raison pour laquelle ils n'ont jamais été signés (Dennis Lords affirme alors qu'ils ont eu une "courte romance avec CBS Records" mais qu'à cause d'une histoire de rachat de label et d'un nouveau genre musical venu de Seattle, ils ont dû laisser tomber), de l'ambiance de folie qui régnait jadis sur scène et - surtout - en coulisses et du fait que pour lutter contre les trous de mémoire en concert, Karl DeKira fait désormais appel à une jolie fille dont le corps est recouvert de ses paroles de chansons... Le chanteur conclut l'interview en faisant de la pub pour leur site officiel - à sa place, j'aurais fait pareil - puis ils enchaînent sur le live.





Ils n'abordent malheureusement pas l'avenir du groupe lors de l'interview, mais heureusement, mes autres sources se chargent de le faire. Selon l'entretien donné à rockeyez et la galerie photo de leur site officiel, le groupe prend part au Glam Slam Tour avec une première date le 18 septembre 2010 à Dingbatz, New Jersey - soit quelques jours avant l'émission précédemment mentionnée. Cependant, étrangement, ils affirment dans leur courte bio officielle que c'est en 2011 qu' "ils rejoignent Cinderella au milieu du Glam Slam Tour [...] en vue de célébrer "25 ans de musique Glam Rock" ". Faudrait savoir ! En attendant, si cela vous intéresse - et je suis convaincue que vous êtes nombreux - sachez que l'on peut facilement trouver des vidéos de leurs concerts sur YouTube, mais étant donné que j'ai la flemme de mettre les liens, je vous laisse le soin de les chercher. (Mise à jour : je me suis aperçue qu'il n'y avait en fait qu'une seule vidéo en tout et pour tout...)

En janvier 2015, Pharoah sort un disque intitulé Singles & B-sides qui regroupe un ensemble de chansons inédites ne figurant pas sur First Strike. Il ne s'agit toutefois pas d'un "deuxième album" car le CD regroupe nouvelles et anciennes chansons, dont un nouveau single, Walk Away. En février 2017, ils annoncent fièrement sur leur site officiel que leur dernier disque est en rupture de stock et n'existe plus qu'au téléchargement. Hormis cela, qu'ont-ils fait entretemps ? Que sont-ils devenus et que vont-ils devenir ? La source habituelle indique vaguement qu'ils continuent de faire des apparitions de temps à autre et d'enregistrer de nouveaux morceaux. Etant donné que je suis maniaque curieuse, j'ai toutefois l'intention de les contacter via leur page Facebook et/ou leur site afin d'en savoir un peu plus. To be continued...

Mise à jour : je viens de tomber sur le blog d'une certaine Maryanne Christiano-Mistretta, qui n'est autre que... la femme de Dennis Lords ! Elle nous apprend que son mari a fait un concert avec le reste du groupe fin 2016 et que celui-ci a joué avec Rob Fusari (un producteur aux nombreux Grammy Awards qui a "créé" rien de moins que Lady Gaga et a travaillé avec Beyoncé et Destiny's Child, Adam Lambert, ABC...) et The Characters (un groupe très connu aux Etats-Unis, présent sur le label de l'illustre Joan Jett, qui a d'ailleurs joué sur leur album éponyme). Pour info, Maryanne est très active : elle écrit depuis longtemps pour de nombreux magasines, dont des périodiques rock (The Aquarian Arts Weekly, music.com et Punk Magazine...). Elle a été récompensée par la Société des Journalistes Professionnels du New Jersey pour journalisme d'investigation et a écrit trois livres : On the Guest List: Adventures of a Music Journalist (les mémoires d'une jeune passionnée de musique ayant grandi dans la période bénite - ou maudite - des années 80), Love Cats, un roman pour les amoureux des chats et des z'années 80 et The Gypsy Smiled, une romance délicieusement gothique.



Le mot de la fin



Voici une charmante vidéo datant de juin 2010 où notre groupe prend part à la promotion d'une émission de jeu rock n roll :








* Pharoah est souvent associé au monde du glam metal, même s'ils n'en font pas. En effet, outre leur look plus glam que Poison, ils ont souvent été comparés à KISS, Mötley Crüe ou encore Twisted Sister (voir ici), ils sont présents sur d'autres sites parlant de cet univers (pas beaucoup hélas car ils ne sont pas très connus - voir ici, ici et ici) et puis... leur musique est excellente, donc ils valent le coup d'être davatange connus dans le milieu !

**Le terme employé dans la version originale est "A-list", qui n'a pas d'équivalent en français. Etre "A-list" pour une célébrité signifie qu'elle est au sommet de son art, que tout le monde la réclame. L'expression vient d'un guide de l'industrie hollywoodienne, The Hot List, qui liste les acteurs selon divers critères pour établir lesquels sont en haut ou en bas du panier. (source)

***L'une des revues de concert que l'on trouve sur leur site officiel décrit la scène suivante : "Entra une jeune nymphette quasiment nue, apportant une armada de fleurs avec elle. Elle les remit soigneusement en possession de [Karl] DeKira, scellant le tout avec un baiser, puis s'éloigna. Il y eut ensuite une certaine tension, dans le genre "rejoignez notre nouvelle Religion - Soumettez-vous." Je regardais tout ça, fascinée, tandis que DeKira passait d'une femme à l'autre dans la foule, enfoncant les fleurs entre leurs dents vivement séparées. Le truc c'est que, si vous vous approchiez suffisamment de la scène, vous obteniez une fleur entre vos dents, suivie d'un baiser "moralisateur" sur le front. (Et si vous étiez vraiment chanceux, une goûte de sueur en prime, hé, hé !)."



Sources :

Elles sont déjà dans l'article.